Gynécologie

Symptômes, causes et traitement des ovaires polykystiques

Pin
Send
Share
Send
Send


Qu'est ce que c'est La maladie polykystique des ovaires (SOPK) est une maladie et un syndrome polyendocrinien, qui comprend tout un groupe d’endocrinopathies. Bien que la polykystose soit considérée comme un pur problème gynécologique, de nombreuses observations ont permis d’attribuer cette pathologie au groupe des troubles multisystémiques. La base de ce sont des violations dans le système de réglementation de l'hypothalamus, qui est responsable de la sécrétion hormonale avec l'implication de nombreux organes dans le processus.

Les premiers ovaires polykystiques ont été étudiés et décrits par les scientifiques Stein et Leventhal (1935.), l'appelant ovaire sclérocystique. C'est la pathologie endocrinienne la plus répandue chez les femmes. La probabilité d'un critère de diagnostic d'installation, les symptômes et les causes de la maladie des ovaires polykystiques sont un sujet d'actualité.

  • Dans la pratique médicale actuelle, ce syndrome porte le nom de pionniers ou simplement du SOPK (syndrome des ovaires polykystiques).

Les symptômes du SOPK symptomatique sont diagnostiqués chez un large groupe de patients, de la puberté à la ménopause. Mais même la détection de la maladie à l'échographie n'est pas encore un critère absolu pour le diagnostic final.

Malgré le terme déterminant de la maladie, le problème ne réside pas dans la fonction des ovaires, car le développement de kystes sur ceux-ci est une conséquence, mais pas la genèse principale.

Les symptômes des ovaires polykystiques peuvent persister même après l'ablation des ovaires et, chez près de 15% des femmes, la maladie ne s'accompagne pas toujours de néoplasmes cystiques.

Les signes et symptômes les plus courants de polykystose des ovaires sont une violation du processus d'ovulation, une sécrétion excessive d'androgènes et une résistance du corps à l'insuline.

Les violations du processus d'ovulation entraînent des incohérences dans la régulation cyclique (menstruation), leur retard (aménorrhée) et le dysfonctionnement de l'ovulation. Un déséquilibre hormonal se manifeste par une pathologie cutanée (acné) et par l'hirsutisme (pilosité). La résistance à l'insuline déclenche le diabète, l'obésité et l'augmentation du cholestérol. La genèse de la maladie n'a pas été complètement étudiée. La version de base est due à la nature génétique.

Le syndrome des ovaires polykystiques est l’une des principales causes d’altération de la fonction de reproduction chez les femmes et la cause la plus fréquente de troubles endocriniens à l’âge de procréer, ce qui devient un problème de planification de la grossesse.

Transition rapide sur la page

Causes de l'ovaire polykystique

Les principales causes des ovaires polykystiques sont dues à l'influence de plusieurs facteurs:

  • Dysfonctionnements dans le pancréas, entraînant une augmentation des concentrations sanguines d'hormones à l'insuline. Le processus même de production d'insuline fournit aux cellules du corps du glucose pour reconstituer son énergie. Lorsque la résistance du corps à l'insuline est réduite, l'efficacité de l'utilisation des hormones est réduite, ce qui oblige la glande à une sécrétion supplémentaire. L'excès d'insuline provoque l'apparition d'hyperandrogénie (augmentation de la sécrétion d'hormones mâles) et altère la fonction ovarienne, ce qui nuit aux processus de l'ovulation.
  • La présence de processus inflammatoires non spécifiques qui stimulent la sécrétion d'androgènes.
  • Héritage génétique et maladies génétiques augmentant le risque de manifestation de la maladie.

Les ovaires polykystiques sont classés selon deux manifestations.

Polykystique primaire - en raison d'anomalies congénitales. Il se développe chez les femmes de poids normal et en l’absence de sécrétion accrue d’hormones insulines. Le développement commence à l'âge de la puberté, au moment de l'apparition de la procréation. La polycystose de cette forme est caractérisée par une évolution clinique sévère de la maladie, peu susceptible à un traitement médicamenteux et à un traitement chirurgical.

Forme secondaire - se développe à la suite de dysfonctionnements surrénaliens congénitaux (hyper / hypocorticoïdisme), de plénitude excessive et d'insulinémie. Développement caractéristique pendant la ménopause, dû à l'extinction fonctionnelle des ovaires. Il n'y a pas de problèmes de traitement. Peut-être arrêter la maladie par des techniques conservatrices.

Selon les manifestations cliniques, il existe trois types de PCH: ovarien, mixte (ovaro- surrénalien) et central, présentant des signes de lésions du système nerveux central. Avec les symptômes des ovaires polykystiques, les causes et les facteurs de provocation sont le principal indicateur individuel lors du choix de la tactique de traitement.

Signes et symptômes de l'ovaire polykystique chez une femme

Les signes de l'ovaire polykystique photo 3

Les symptômes de l'ovaire polykystique sont divers et peuvent être communs à de nombreuses pathologies. Et il n'est pas du tout nécessaire que toutes puissent se manifester à la fois en une seule femme.

Il existe des cas où pendant longtemps aucun symptôme de maladie polykystique ne se manifeste, et le traitement, en règle générale, est retardé. Susceptible d'avoir un problème peut être une absence prolongée de grossesse, avec des rapports sexuels non protégés réguliers. Les symptômes les plus caractéristiques du BCP se manifestent:

  • Menstruations cycliques irrégulières. Les rejets peuvent être rares, longs ou abondants. Caractérisé par une longue absence Reg. Le déséquilibre hormonal provoque un épaississement de l'endomètre utérin et son rejet prématuré, ou il passe avec un retard.
  • Douleur dans la région abdominale, qui peut être permanente. Le syndrome de la douleur est causé par la pression des ovaires kystiques élargis sur les organes adjacents.
  • Prise de poids rapide. Les symptômes sont variables mais se manifestent chez de nombreux patients. La principale accumulation de graisse est localisée dans l'abdomen et dans la région lombaire. Une forte augmentation de poids affecte le corps des vergetures désagréables.
  • Changement d'apparence - cheveux gras et pellicules, peau grasse, acnéique. Sur les jambes, dans la région de l'aine et dans l'abdomen, apparaît une "végétation" velue, les "antennes mâles" ornant la lèvre supérieure. Sur la tête se caractérise par la manifestation d'une alopécie focale (foyers pathologiques d'alopécie). Cela indique clairement la prédominance des hormones mâles dans le corps.
  • Augmentation de la pigmentation de la peau dans les aisselles et le dos.
  • Syndrome prémenstruel sous forme d'irritabilité, de somnolence, de sautes d'humeur.

Traitement des ovaires polykystiques, médicaments et régime

Le traitement de la maladie des ovaires polykystiques est un long processus qui nécessite l’endurance du patient et le strict respect de tous les objectifs thérapeutiques. Le but du processus de traitement est dû à:

  1. Restauration du poids du patient,
  2. Élimination des processus hyperplasiques de l'endomètre utérin,
  3. Récupération dans l'ovulation des ovaires polykystiques et les fonctions de reproduction,
  4. Empêcher le développement de processus de croissance excessive des cheveux (histourisme).

L'obésité étant considérée comme l'une des principales causes du développement du SOPK, la première étape du traitement commence par la correction du régime alimentaire associée à un traitement médicamenteux.

A propos de l'alimentation et de la nutrition

La nutrition et le régime alimentaire des ovaires polykystiques prévoient une diminution du régime alimentaire des aliments saturés en glucides et en graisses, car ce sont les graisses qui contribuent au développement de l'hyperandrogénie. Les recommandations de la nutritionniste causent:

  • un régime alimentaire limitant les aliments épicés, salés, épicés et gras,
  • correction d'une ration liquide - eau simple, pas moins de 3 litres / jour,
  • exclusion du régime alimentaire - alcool, sucreries et produits à base de farine, gruau de semoule et de mil.

Il est inacceptable d’appliquer le soir un régime alimentaire unique et une restriction alimentaire, ce qui contribue à l’effet inverse - prise de poids et détérioration.

Les repas doivent être fréquents et fractionnés (en petites portions jusqu'à 5 fois par jour) avec l'inclusion d'aliments protéiques et d'aliments riches en fibres. Le régime devrait inclure:

  • fruits frais et séchés et agrumes,
  • divers légumes (à l'exception des pommes de terre), légumes verts et fruits (à l'exclusion des melons et des pastèques),
  • céréales et soupes de légumineuses et de céréales,
  • variétés de pâtes dures,
  • diverses huiles végétales et œufs,
  • variétés de produits laitiers non gras, poisson et viande.

Il est conseillé de maintenir un régime alimentaire approprié lors de l’utilisation de médicaments pour le traitement du cancer polykystique des ovaires, bien que, parfois, pour restaurer le caractère cyclique régulier des régulateurs et de l’ovulation, une procédure alimentaire et physiothérapeutique suffit à rétablir les dysfonctionnements hormonaux. Il s’agit de l’électrophorèse nosal de vitamine B1, de l’irradiation du sang par une lumière ultraviolette ou de la normalisation du métabolisme des glucides et des graisses à l’aide du médicament Metroformin.

Drogues et médicaments

Le traitement médicamenteux des ovaires polykystiques (principalement) fournit un traitement hormonal.

  • La première ligne de médicaments de traitement PCA est aujourd'hui composée de médicaments du groupe des formines métropolitaines et des glitazones, sous la forme de "Pioglitazone" et de "Rosiglitazone". Selon les témoignages, ils seraient ajoutés à des médicaments réduisant les pathologies cutanées - des médicaments androgènes du type «spironolactone» et «acétate de cyprotérone».
  • Préparations d'hormones féminines - "Ethinyl Estradiol".
  • En cas de problèmes avec les glandes surrénales, la sécrétion d'androgènes est supprimée par la prescription de "progestatifs" et de petites doses de "dexaméthasone".
  • Avec un taux élevé d'hormones de la prolactine dans le sang, leur correction est effectuée avec «Bromocriptine».
  • Si une insuffisance fonctionnelle de la glande thyroïde est détectée, une "L-thyroxine" exogène est prescrite pour corriger ses fonctions.
  • Pour induire l'ovulation, la thérapie est effectuée avec Metroformin ou Glitazone. En cas d’incohérence, les médicaments du groupe Klostilbergit ou Tomoxifen sont inclus dans le traitement.

En cas de résistance à toutes les méthodes de traitement appliquées, des techniques chirurgicales sont utilisées. On pense que leur utilisation précoce augmente l'effet thérapeutique dans la normalisation des fonctions menstruelles et ovulatoires.

Techniques chirurgicales

Le mécanisme de l'effet des interventions chirurgicales dans le traitement de la maladie des ovaires polykystiques n'a pas été complètement étudié, bien que de nombreuses observations aient montré qu'une diminution du tissu ovarien entraîne une diminution significative de la sécrétion d'hormones androgènes et augmente la production d'hormones stimulant le follicule. Parmi les méthodes les plus populaires:

  • résection laparoscopique en coin des ovaires,
  • décapsulation ou décortication complète ou partielle, impliquant la coupure laparoscopique d'une membrane dense à la surface des ovaires, suivie de la fermeture et de la stimulation de l'organe jusqu'à l'ovulation,
  • électrocoagulation profonde des ovaires par démodulation laparoscopique,
  • vaporisation de formations kystiques avec un laser à argon ou à dioxyde de carbone.

Toutes ces techniques sont liées à la chirurgie mini-invasive et se caractérisent par une faible invasion. Avec les ovaires polykystiques, après laparoscopie, la possibilité de devenir mère revient à 9 femmes sur 10 atteintes de maladie polykystique.

Prévisions PKY

Avec un traitement opportun et adéquat et le respect de toutes les recommandations médicales, arrêter le développement de la pathologie ou le supprimer complètement le plus tôt possible.

Dans certains cas, vous pouvez avoir des problèmes pour planifier une grossesse. En son absence depuis plus d'un an et demi après le traitement du cancer polykystique de l'ovaire, la FIV peut constituer une alternative à la conception naturelle.

Types d'ovaires polykystiques

Les ovaires polykystiques sont une maladie hormonale caractérisée par l’absence d’ovulation chez la femme, c’est-à-dire que les ovaires ne produisent pas d’œufs fertilisables.

Ce nom est une maladie due à la façon dont les ovaires sont sujets à la maladie: ils sont plusieurs fois plus gros et contiennent de nombreux petits kystes (follicules avec des œufs non développés) dans leur structure.

Sur la base de la classification médicale, on distingue deux types de cette maladie.

Ovaire polykystique primaire

Véritable ovaire polykystique - PKY. Les véritables polykystiques ou PCO sont les adolescentes à la puberté.

Ce type de polykystique est caractérisé par un cours complexe et est mal traité.

Syndrome des ovaires polykystiques secondaires - Le syndrome SOPK (syndrome du SOPK) ou syndrome de Stein-Leventhal n'est pas aussi résistant au traitement et est éliminé même par des méthodes conservatrices.

Le SOPK peut se développer non seulement chez les femmes en âge de procréer, mais également pendant la ménopause. La polykystose secondaire est une maladie complexe causée par de graves troubles du système endocrinien.

Mais dans la pratique, le SOPK, le polykystique primaire, ne représente que 10% environ de toutes les pathologies gynécologiques.

La manifestation classique des ovaires polykystiques est considérée comme une formation bilatérale de kystes, dans laquelle les deux ovaires sont affectés.

Dans la pratique médicale, il arrive également que des kystes se forment sur un seul ovaire. Dans ce cas, ils parlent d'ovaire polykystique droit ou gauche.

Les causes de la maladie

La nature exacte de polykystique n'est pas encore complètement comprise.
Les résultats de la recherche nous permettent d’identifier les causes suivantes de la maladie des ovaires polykystiques:

  • facteurs génétiques héréditaires
  • les infections,
  • déséquilibre hormonal
  • stress
  • résistance à l'insuline,
  • surpoids et obésité.

Certains experts citent l'utilisation de récipients en plastique pour d'autres causes d'ovaires polykystiques.

Des études ont confirmé qu’avec la consommation de boissons contenant des récipients en plastique dans le corps plus d’une fois et demie, le contenu en substances qui affectent la production d’hormones sexuelles augmente.

Ces substances comprennent, par exemple, le bisphénol A, qui est activement utilisé dans la production de bouteilles et de canettes en plastique.

Par son effet dans le corps, il est similaire à l'œstrogène et peut indirectement affecter le développement du cancer polykystique de l'ovaire et du cancer de l'utérus chez la femme. Les conséquences du réchauffement des préparations pour nourrissons dans des bouteilles en plastique sont particulièrement lourdes.

Les produits chimiques pénètrent dans le produit lorsqu'il est chauffé. Les scientifiques pensent qu’une utilisation fréquente et similaire chez les enfants dès l’enfance pourrait constituer une violation des niveaux hormonaux.

Il en résulte une puberté précoce et le développement de nombreuses pathologies.

Déséquilibre hormonal

La cause de l'apparition de kystes folliculaires peut être la pathologie des organes suivants:

  • les ovaires,
  • pituitaire
  • le pancréas,
  • glandes surrénales
  • glande thyroïde
  • hypothalamus.

Presque toujours, la polykystose est caractérisée par une augmentation de la sécrétion d'insuline dans le pancréas. Un excès d'insuline, à son tour, stimule les glandes surrénales pour améliorer la production d'androgènes.

Il existe un déséquilibre des hormones sexuelles mâles et femelles. La libération des ovaires par les ovaires ne se produit pas du tout ou rarement, ce qui entraîne la formation de kystes.

Facteurs héréditaires

Les études permettent l'influence de facteurs génétiques sur l'apparition de polykystiques primaires.
Il existe une prédisposition au BCP chez les femmes dont le pedigree présente les complications suivantes:

  • myome de l'utérus,
  • diabète de type 2,
  • gestose pendant la grossesse (toxicose tardive),
  • troubles menstruels,
  • tumeurs malignes,
  • l'obésité.

Il existe également une relation avec l'âge des parents car, avec son augmentation, la probabilité d'exposition aux facteurs négatifs externes du fœtus augmente.

La plupart des experts ne nient pas le rôle de l'infection dans l'apparition du SOPK.
Parmi les patients atteints de polykystose, seuls 35% des enfants n'avaient pas de maladies chroniques des voies respiratoires supérieures:

Également dans l'histoire des femmes atteintes de cette maladie, on trouve souvent la rubéole et la rougeole.

Une des causes de la polykystose est considérée comme étant le stress et une variété de traumatismes psychologiques pouvant entraîner un fort stress psycho-émotionnel et, par conséquent, des perturbations hormonales et un manque d'ovulation.

Résistance à l'insuline

Il existe deux manifestations de la résistance à l'insuline:

  1. Abaissement pathologique de la sensibilité à l'insuline de l'organisme par rapport à la sensibilité normale à l'insuline des ovaires.
  2. Image ci-contre: sensibilité excessivement élevée à l'insuline des ovaires par rapport à la sensibilité générale normale à l'insuline dans le corps.

Dans le premier cas, la production d'insuline augmente, car le pancréas reçoit constamment des signaux indiquant qu'il est en quantité insuffisante.

Des taux élevés d'insuline dans le sang entraînent une sécrétion excessive des hormones sexuelles féminines et masculines par les ovaires, ce qui entraîne un déséquilibre de leur équilibre et des problèmes d'ovulation.

Dans le second cas, les indicateurs d'insuline sont normaux, mais la réponse des ovaires à celle-ci est améliorée et on observe finalement une tendance similaire: augmentation de la production ovarienne d'œstrogènes et d'androgènes et altération de l'ovulation.

Comment se manifeste la maladie

Les symptômes et les causes de l'ovaire polykystique comprennent les phénomènes suivants:

  • en surpoids,
  • infertilité
  • manifestations d'hormones sexuelles mâles excessives,
  • irrégularités menstruelles
  • douleur dans les ovaires.

Au PCO primaire, ces symptômes commencent à se développer chez les adolescentes après le début des premières règles.

Troubles menstruels

La grande majorité des patientes présentant un ovaire polykystique est confrontée à un cycle menstruel perturbé. Il y a une absence complète de menstruation, et leurs retards importants, cycle irrégulier.

L’absence de menstruation est avant tout un signe qu’il n’ya pas de maturation des œufs dans le corps de la femme.

L’infertilité primaire (absence de grossesse dans l’histoire) est considérée comme le symptôme le plus caractéristique de la polykystose et est due à la rareté de l’ovulation ou à son absence.

Manifestations d'excès d'hormones sexuelles mâles

Il a été enregistré que les ovaires polykystiques se caractérisent par une augmentation de la teneur en androgènes dans le sang, dont une quantité excessive peut entraîner des changements d'aspect importants, à savoir des changements tels que:

  • hirsutisme (pilosité excessive),
  • calvitie masculine (parfois)
  • voix rugueuse.

Le principal symptôme du SOPK est l’hirsutisme - croissance excessive des poils dans les zones dépendantes des androgènes (visage, poitrine).

Diagnostic de la maladie

Outre l'examen classique (peau, pilosité, etc.), le diagnostic de l'ovaire polykystique comprend les activités suivantes:

  • examen par un gynécologue,
  • Échographie du bassin (plusieurs phases du cycle menstruel),
  • test sanguin pour les hormones,
  • test de glycémie,
  • analyse d'urine
  • colposcopie.

Il convient de noter que l'examen doit être effectué au moins trois fois au cours de différentes phases du cycle menstruel.

Une grossesse polykystique peut-elle être possible?

La plupart des experts répondent clairement à cette question - c'est possible!

La pratique clinique a de nombreux cas de grossesse réussie avec des femmes qui ont été diagnostiquées.

Cependant, il est important de comprendre que pendant la grossesse, une femme a besoin d'un traitement médicamenteux constant, associé à un risque accru de fausse couche ou de mort fœtale. De plus, la livraison prématurée est possible.

Traitement de la toxicomanie

Ce type de traitement de la polykystose se déroule de plusieurs manières:

  • hormonothérapie
  • agents hypoglycémiques.

Tous les médicaments sont sélectionnés individuellement et ne doivent être prescrits que par le médecin traitant.

L'hormonothérapie

L'hormonothérapie standard est réalisée pendant trois cycles menstruels complets et agit dans les domaines suivants:

  • normalisation du cycle menstruel
  • ralentir l'hirsutisme
  • réduire la taille des ovaires et restaurer leur structure,
  • restauration de l'ovulation.

On prescrit aux femmes des médicaments contenant une combinaison d'hormones sexuelles féminines de synthèse et d'antiandrogènes, qui réduisent la formation d'androgènes dans les ovaires.

Très souvent, après la fin des préparations hormonales chez les patientes, la formation de kystes folliculaires sur les ovaires recommence.

Ainsi, l'hormonothérapie ne peut que corriger temporairement le déséquilibre hormonal et rétablir l'ovulation.

Les médicaments ne soulagent que temporairement les symptômes, remplaçant les hormones manquantes ou détruisant celles qui sont inutiles.

Drogues réductrices de sucre

Le plus souvent, la metformine est prescrite comme médicament hypoglycémique.

Grâce à son aide, il est possible d’obtenir une diminution du taux d’insuline dans le sang, ce qui entraîne un effet hyperstimulant sur les ovaires.

Intervention chirurgicale

Si le traitement médicamenteux des ovaires polykystiques n’a pas donné de résultats positifs, il faut alors recourir à la chirurgie en utilisant la méthode de la laparoscopie.

Il consiste en une cautérisation de l'ovaire en certains points à l'aide d'une aiguille chaude ou d'un faisceau laser.

Parfois, ils ont recours à l'ablation partielle de l'ovaire, à savoir sa zone la plus touchée par le kyste (méthode de la résection en coin).

Alimentation et éducation physique

Le traitement du SOPK chez les patients obèses comprend nécessairement une combinaison de régime alimentaire et d’exercice, car la présence d’un excès de poids empêche la récupération des niveaux hormonaux.

Dans le même temps, l'élimination du surpoids ne joue pas moins un rôle que la pharmacothérapie ou la chirurgie.

On sait de manière fiable que les niveaux d’insuline, d’androgènes et d’hormones de stress diminuent au cours de l’exercice. Même la marche rapide ou les longues marches suffiront.

Conséquences possibles de polykystique

Les recherches confirment que les femmes atteintes d'un cancer polykystique des ovaires risquent de développer les pathologies suivantes:

  • thrombose et thrombophlébite,
  • maladies cardiovasculaires
  • diabète sucré
  • l'obésité
  • cancer du sein.

Avec un traitement approprié et rapide, le risque de complications est minimisé et la conception et le port d'un enfant en bonne santé ont lieu.

Par conséquent, avec l'apparition d'au moins certains symptômes de la maladie des ovaires polykystiques, il est nécessaire de consulter immédiatement un médecin.

Essence de pathologie

L'expression «maladie des ovaires polykystiques» désigne la pathologie des gonades féminines, qui concerne le dysfonctionnement d'un organe et est associée à une défaillance de la synthèse des œstrogènes, à une production accrue d'androgènes, ce qui conduit à la formation de petites formations kystiques à la surface de l'ovaire.

Dans ce cas, l'œuf ne peut pas sortir du follicule (car il ne se casse pas), et donc l'infertilité se développe.

Cette pathologie hormonale a été décrite pour la première fois par Leventhal et Stein et, par conséquent, la maladie polykystique est parfois appelée syndrome de Stein-Leventhal.

La polycystose des deux ovaires peut être primaire et secondaire..

Dans le premier cas, la maladie survient chez les femmes de poids corporel normal et l'insuline n'augmente pas avec le développement de la maladie. Cette forme ne se prête presque pas à un traitement médical. De plus, le traitement chirurgical n’est pas toujours efficace.

Le plus souvent, le processus de formation d'une pathologie se produit pendant la puberté d'une fille, c'est-à-dire dans 10 à 12 ans..

La polykystose secondaire est plus souvent diagnostiquée chez les femmes adultes présentant un excès de poids et une insulinémie. Dans certains cas, la forme secondaire est observée chez les femmes ménopausées. Avec la bonne approche, cette pathologie peut être éliminée par des méthodes conservatrices.

De plus, polykystique est la suivante:

  • ovarian - les signes de dysfonctionnement ovarien prévalent,
  • surrénale - symptômes clairement observés d'une violation du rapport œstrogène et androgène,
  • diencephalique - les signes qui indiquent une défaillance de la fonctionnalité endocrinienne sont exprimés.

Symptômes de polykystique

Les symptômes de la polykystose sont variés et ils n'ont pas de spécificité spécifique - la manifestation de la maladie est très similaire à celle d'autres troubles hormonaux.

Signes de:

  1. Le premier signe qui inquiète une femme est un échec du cycle menstruel. La menstruation peut être rare - tous les 3 mois ou plus, puis alternée avec saignement prolongé et spotting. Dans ce cycle peut être plus de 35 jours. Il peut y avoir un délai.
  2. Hyperandrogénie. Étant donné que les androgènes polykystiques sont synthétisés en grandes quantités, la femme peut présenter une croissance des cheveux de type masculin, ils ont une augmentation du clitoris, une voix basse et une hypoplasie mammaire. Très souvent, il y a amincissement des cheveux et alopécie.
  3. La peau polykystique est généralement grasse, les pores sont dilatés et l’acné est tendance. Les cheveux deviennent rapidement gras et sales, même si les soins sont très minutieux.
  4. Dans la plupart des cas, une femme avec cette pathologie est obèse ou en surpoids, le tissu adipeux est distribué dans les hanches et l'abdomen.
  5. Infertilité Depuis presque tous les cycles, la conception anovulatoire est impossible.
  6. Souvent, la polykystose est accompagnée de maladies concomitantes - hypertension, taux de cholestérol élevé, diabète, athérosclérose.

Précurseurs de la maladie

Les signes avant-coureurs de la maladie peuvent apparaître à tout âge. Vous devez donc être très attentif à votre corps et, si vous présentez le moindre signe de polykystose, consultez immédiatement un médecin.

Les tout premiers signes peuvent être:

  • l'apparition de l'acné et la détérioration des cheveux,
  • échecs dans le cycle menstruel
  • prise de poids
  • sensation de douleur d'étiologie inconnue.

En outre, la polykystose peut être accompagnée d'un gonflement des glandes mammaires, de poches, de taches sombres sur la peau, d'un grand nombre de plis cutanés..

Dans certains cas, la pathologie conduit à un arrêt de la respiration pendant le sommeil, ce qui provoque une excitation et, par la suite, des maux de tête.

À l'âge adulte, la polykystose ne représente pas une menace sérieuse pour la santé, le danger des pathologistes réside dans le développement de l'infertilité. Les jeunes filles doivent donc prendre très au sérieux les signes avant-coureurs de la maladie.

Les causes

Jusqu'à présent, les scientifiques n'ont pas été en mesure de comprendre exactement comment les causes contribuent au développement de la polykystose.

Le mécanisme de développement de la pathologie est une violation de l'hypophyse, de l'hypothalamus, des ovaires et des glandes surrénales. En outre, un trouble de la synthèse des hormones thyroïdiennes et pancréatiques peut provoquer une maladie.

Le dernier rôle n'est pas joué par une diminution de la sensibilité à l'insuline, ce qui conduit à une résistance à l'insuline.

En conséquence, une grande quantité d'insuline apparaît dans le sang, ce qui provoque la production d'œstrogènes par les ovaires et, par conséquent, d'androgènes.

Il existe une autre option de développement. Le tissu ovarien augmente sa sensibilité à l'insuline, mais dans le même temps, le tissu adipeux et musculaire réagit normalement à l'insuline..

Ainsi, une quantité normale d'insuline est diagnostiquée dans le sang, mais les ovaires produisent encore énormément d'œstrogènes et d'androgènes.

Le développement de la maladie peut entraîner les facteurs suivants.:

  • l'hérédité
  • excès de poids
  • stress fréquent
  • processus infectieux chroniques
  • un grand nombre d'avortements,
  • grossesse et accouchement difficiles,
  • l'absence ou l'irrégularité de la sexualité,
  • maladies des organes endocriniens,
  • mauvaises conditions environnementales
  • problème de nature gynécologique.

Les scientifiques ont déjà établi de manière fiable que les substances nocives libérées par les plats en plastique ont un effet négatif sur les hormones sexuelles.

Les éléments utilisés dans la fabrication de contenants en plastique affectent le corps ainsi que les œstrogènes et peuvent donc provoquer la stérilité et des processus oncologiques.

Qui est à risque?

Les causes exactes de la polykystose étant encore inconnues, les scientifiques supposent que les femmes à risque ont diagnostiqué cette pathologie dans la famille.

Et quelle que soit la ligne - maternelle ou paternelle - était la maladie. En outre, la présence de diabète dans les antécédents familiaux augmente également le risque de maladie polykystique.

Ainsi, les filles à risque avec:

  • obèse
  • diabète dans l'histoire familiale,
  • avec des cycles menstruels irréguliers
  • avec la distribution des cheveux mâles.

Le SOPK est-il dangereux?

Premièrement, la polykystose conduit à la stérilité, mais dans certains cas, la grossesse survient, mais dans ce cas, le risque de fausse couche à un stade précoce augmente considérablement..

Aussi pendant la grossesse peut développer un diabète, une éclampsie, qui est extrêmement dangereux pour la mère et le fœtus.

Un autre danger de maladie est un gain de poids important, une peau grasse, une perte de cheveux, une croissance excessive de cheveux dans des endroits inhabituels pour les femmes.

Tout cela provoque des états dépressifs, des troubles anxieux, des troubles de l'alimentation.

En outre, le risque d'hypertension, d'athérosclérose, d'apnée.

Tous ces facteurs peuvent ensemble déclencher des processus oncologiques dans l'endomètre.

Est-il possible de guérir complètement?

Malheureusement, il est impossible de guérir complètement les polykystiques..

Même avec un traitement opportun et approprié, la maladie réapparaîtra.

Le traitement de la pathologie vise à créer des conditions favorables au début de la grossesse, ainsi qu’à éliminer le tableau clinique négatif.

Le traitement de la polykystose peut être médicamenteux (médicaments hormonaux) ou chirurgical (laparoscopie).

Une femme doit comprendre que, dans certains cas, l’hormonothérapie est active toute la vie et que la durée maximale de la conception après la chirurgie n’est pas supérieure à un an. Ensuite, la polykystose réapparaît et la conception ne se produit plus.

Mesures de diagnostic

L'examen suivant est nécessaire pour poser un diagnostic.:

  • examen général du patient - physique, nature de la croissance des cheveux, etc.,
  • examen gynécologique pour la présence d'une augmentation de la taille des ovaires,
  • L'échographie, qui vous permet de déterminer avec précision la taille des ovaires, ainsi que de visualiser la présence de multiples tumeurs kystiques,
  • test sanguin pour les hormones - prolactine, FSH, progestérone, L, testostérone, estradiol, androgène, cortisol et autres,
  • IRM pour exclure la présence de tumeurs dans les ovaires (l'image est montrée dans la photo),
  • détection des troubles du métabolisme lipidique,
  • détermination des concentrations de glucose et d'insuline,
  • laparoscopie diagnostique.

Les principales méthodes de traitement

Dans certains cas, un traitement hormonal peut être contre-indiqué. Ensuite, on prescrit à la femme un traitement anti-inflammatoire, un moyen d'augmenter l'immunité locale, des vitamines.

Les méthodes physiothérapeutiques sont largement utilisées.:

  • massage de la région du cou
  • électrophorèse
  • galvanophorèse,
  • thérapie par aimants,
  • Hirudothérapie

Les moyens de la médecine traditionnelle sont utilisés - prendre des décoctions et des infusions d’herbes médicinales - la reine du bore, le pinceau rouge, la sauge, la menthe, le pissenlit, la bardane et d’autres.

Si le traitement conservateur reste infructueux, une intervention chirurgicale est prescrite..

En règle générale, il s’agit de la laparoscopie - une méthode de traitement ménageant les organes, la période de récupération après laquelle ne dure qu’un mois.

L'inconvénient de cette méthode n'est pas son effet à long terme - si la conception ne se produit pas dans l'année, la pathologie se reproduit.

Conclusion et conclusions

L'ovaire polykystique gauche ou droit est une pathologie grave dont le traitement peut être très long.

Malgré le fait qu'il soit impossible de se débarrasser complètement de la maladie, avec la bonne approche de traitement, il est possible de stabiliser le cycle menstruel, d'améliorer le bien-être général du patient, de stimuler l'ovulation, de promouvoir la conception et de prévenir d'éventuelles conséquences négatives.

Il est très important de diagnostiquer la pathologie en temps voulu, en particulier en ce qui concerne la forme primaire de la maladie - il est nécessaire de surveiller de près l'état de santé de la fille pendant la puberté..

Pin
Send
Share
Send
Send